22 janv. 2017

Progressions découpage et pâte à modeler TPS PS MS GS

Deux progressions préparées il y a un an et demi au moment de prendre une classe de TPS PS MS GS. Elles concernent une seule période en début d'année mais peuvent inspirer pour construire sur du plus long terme.



Quand des modèles sont cités, ce sont ceux de maternellecolor. J'aime beaucoup les modèles plus récents de Laurène ou Validées mais c'est le début de l'année et pour l'instant, ceux de maternellecolor sont suffisants pour les gestes de base, surtout en quadruple niveau.
Le matériel énuméré est le matériel de modelage de base qu'on trouve dans beaucoup d'école, et qui sert aussi bien à la cuisine parfois, qu'à la pâte à modeler, à l'argile ou autre.
 

Avertissement, j'ai dans la classe la pâte à modeler Giotto, et autant j'aime cette marque pour les outils et matériaux que j'achète pour mes enfants chez moi, autant cette pâte est dure à malaxer pour les petites mains et grasse ensuite sur la peau, et elle durcit aussi très vite dans le temps, même dans une boite hermétique en plastique. Je mets une annonce en bas de page pour cette pâte, mais justement, ne l'achetez pas ^^
 J'ai quelques recettes maison ici : pâtes  et finalement pour les petites mains, la célèvre marque américaine est quand même vraiment sympa (tant qu'on ne la laisse pas sécher^^)... c'est la 2e pub de ce post, si vous ne voyez pas de quoi je parle ^^

 Vous trouverez dans l'article suivant, des fiches pour faire les nombres et faire correspondre les quantités en pâte à modeler : nombres et quantités, à utiliser quand les élèves savent faire boules et colombins.

Comme pour la pâte à modeler, cette progression n'est prévue que pour la période 1

Avertissement : vous ne trouverez pas dedans d'argument pour faire couper des gauchers de la main droite. Au contraire.
J'ajoute cet avertissement parce que j'ai lu des publications sur l'intérêt  d'apprendre aux gauchers à couper de la main droite, (et seulement de la main droite) parce qu'il s'agissait d'un "plus" en motricité pour eux, qu'ils pouvaient parfaitement le faire, que ce n'était pas comme écrire qui les contrarieraient dans leur latéralisation et leur coordination, qu'au contraire, cela avait un grand intérêt, et que cela leur simplifierait la vie pratique au quotidien et pas qu'à l'école.
Bien. Petit défi aux partisans de ce genre de peine : prenez une paire de ciseaux de gauchers, et développez votre motricité de la main droite avec. Et revenez m'en parler.
Je vois bien l'intérêt de développer la motricité des deux mains, qu'on soit clairs. Je n'ai moi-même pas de main forte sauf pour l'écriture précise et rapide. De là à empêcher un mouvement naturel de l'élève, non.
Cependant, il va de soir que les premiers temps, on laisse l'élève faire de la main qui l'arrange tant qu'il n'est pas naturellement latéralisé... 


Une partie des modèles que j'utilise vient depuis tout récemment de chez mysticlolly, mais la plupart venait de ce site espagnol plein d'idée d'activités de motricité fine escuelaenlalube . Aperçu ci-dessous :
psocomotricidad fina, recortar, dibujos para colorear, fichas infantil






La musique en Segpa

Suite à un échange de mail qui m'a fait me remettre en tête ce que je faisais et qui m'éclatait bien en musique avec mes Segpa, voici un p'tit article sur mon fonctionnement à l'époque avec mes zouzous d'un peu partout dans ma segpa au recrutement mi ZEP mi campagne.

1) Jouer d'un instrument

En début d'année, je commençais par leur demander de ramener un instrument de musique de chez eux, un instrument TOTALEMENT gratuit... et je leur montrais le mien, le sac plastique du supermarché, et comment faire du bruit d'une part, mais aussi de la musique avec (rythmes, sons différents... bon ce n'est pas un instrument très élaboré).

Mais on peut accompagner de grands artistes avec... si si !!



Si la vidéo ne fonctionne pas, voici le lien pour aller voir Nagui jouer du sac plastique pour accompagner Stephan Eicher dans un Taratata de 1993 : CLIC ou  http://mytaratata.com/taratata/35/stephan-eicher-hemmige-1993


En général, ce travail était fait, et à partir des instruments ramenés, on jouait ensemble. C'est là qu'arrivaient les premières consignes de direction de chant/orchestre : s'arrêter tous en même temps, commencer tous en même temps, plus fort, moins fort, etc. en se mettant d'accord sur les gestes (que je proposais, pour ne pas m'emmêler les pinceaux entre toutes les classes).
Certains instruments nous inspiraient et on en construisait d'autres (budget 0 euro dans cette segpa)... kazoo avec vieux tuyau de caoutchouc et morceau de sac plastique, tam tam boites de conserve, mais aussi des cistres fait avec des capsules cloutées sur un manche à balai, le même manche coupé pour faire des claves, etc. il y a désormais pléthore d'idées sur le net pour ça. On peut aussi tenter les flûtes à bec, mais je n'en ai jamais eu à dispo, et je ne sais pas si j'aurai su les faire jouer.
Donc à chaque séance,  on joue ensemble, puis au fur et à mesure des séances : coder pour pouvoir rejouer ce qui nous a plu, déterminer un codage, et découvrir les codages officiels (le solfège), les partitions (ce qu'elles ont en commun, les signes qu'on trouve dessus, ce qu'ils peuvent vouloir dire, etc.) et continuer de jouer, jusqu'à avoir des choses même courtes mêmes moches, qui se tiennent...

2) Rythmes

Côté chant, je commençais par les faire se présenter en chantant, au moins le nom et le prénom. Je commençais bien entendu... c'était un moment tendu, et difficile, mais j'ai rarement eu d'élèves refusant de le faire. En revanche, il m'est arrivé d'avoir un élève qui m'a rappé toute sa vie, bon, ça... ;-) mais au moins, c'était dans l'objectif de ma séance.

Je faisais aussi des séances de rythmes corporels/percussions corporelles, soit assis tous en rond sur des chaises, soit debout à côté de sa table : taper sur ta tête, ses mains, ses cuisses, une main après l'autre, ou les deux, etc.
Il y a toujours un élève volontaire pour proposer un rythme qu'on essaie de reproduire, puis de répéter plusieurs fois d'affilée. 
Le but est de leur apprendre à prendre un tempo, à s'écouter, à se regarder pour faire ensemble.
Comme disait un de mes profs de musique, la vie d'aujourd'hui n'est plus du tout rythmée à part par la musique que chacun écoute dans son coin... avant l'horloge de l'église rythmait la vie de chacun, et chacun vivait au même pas, dans un ensemble justement cadré par ces pulsations... bref.
Voici des exemples de ce dont je parle... mais on peut adapter et trouver plein d'autres gestes et simplifier aussi





3) Chanter

Même type de travail sur le chant : tester sa voix, ses capacités, reproduire des sons, monter, descendre... c'est amusant parce cette partie est toujours moins suivie que celle des rythmes. Les loulous sont moins à l'aise avec leur voix, ou de chanter devant les autres. 
S'ils étaient agités, je faisais en amont une looooooooongue partie respiration et travail du souffle, avec des exercices à mi-chemin entre la relaxation, le souffle et la respiration donc ^^ (et parfois quand les élèves sont très très énervés donc agaçants, ben... ça fait du bien à l'enseignant aussi).



J'introduisais très vite au moins une chanson, mais pas tant que ça dans l'année, parce que lorsque ça ne vient pas d'eux, la mémorisation est aussi difficile que pour une poésie. Des choses adaptées, au moins une ou deux chansons en rapport avec le programme (de français, d'HG, de musique, peu importe), un peu d'histoire de l'art autour si c'était possible, ou de civilisation.
Une trace écrite "mais oui on travaille aussi en musique", car tant que ce n'est pas écrit, j'ignore pourquoi, ce n'est pas un cours où ils travaillent, disent-ils souvent...
Pour l'étude des chansons, je variais les langues, les époques, les styles mais aussi la façon de faire: parfois on écoutait avant, parfois c'est moi qui  chantait avant (pas bien, ça les rassure, et j'aurai pas fait mieux de toute façon), parfois ils répétaient une cellule rythmique ou une courte mélodie qui ensuite devenait la chanson, parfois je commençais par le côté histoire de l'art ou civilisation (l'esclavage avant le jazz... par exemple), et parfois encore je leur jouais avant.

Résumons :
à chaque séance : travail du rythme, de la voix (chant) et travail d'une chanson au moins
le dernier gros morceau, c'était l'écoute musicale.

4) Ecoute musicale

Après quelques semaines, je commençais systématiquement par ça : ils s'installent, ils ont une feuille d'écoute à compléter qu'ils sortent, et je mets en route l'extrait du jour. Tout le monde est donc au travail très vite, et dans le silence...  mais bien entendu, on ne gagne pas ça le premier mois ^^




Là encore je variais beaucoup les extraits choisis... et si les loulous étaient excités, je pouvais faire trois extraits de suite (mais chaque extrait ne dépassant pas les 5 minutes).
J'avais la chance de travailler dans une ville où il y avait une médiathèque de très bon niveau, avec des cds de tous styles, genres, époques et origines géographiques.
Pour répondre aux programmes, je tentais de prendre en rapport avec ceux-ci, mais en piochant dans toutes les matières, et rien n'empêchait de faire écouter des choses très modernes, une fois entendu avec eux ce que c'est qu'écouter dans le cadre du cours, c'est-à-dire repérer les instruments, les voix, tout ce qu'on entend, le tempo, reconnaitre un style, une langue chantée, une origine, donner les familles d'instruments entendues, puis dans quel ordre les instruments apparaissent, etc. 

Là encore, certaines écoutes faisaient rire tout le monde, mais je me souviens d'élèves qui m'ont proposé ensuite des extraits de musique du pays de leur parent, et qui étaient très fiers que ce soit "admis" en classe. Je me souviens d'un élève aussi qui écoutait de la musique hongroise et qui a ensuite dit qu'il connaissait ce genre, parce qu'il était du voyage et que sa famille jouait comme ça... 
Sur l'année, ils écoutaient donc environ 30 à 50 extraits différents... de quoi se faire une culture musicale et savoir écouter et discriminer.
C'était le moment aussi pour introduire une chanson qu'on avait envie de leur faire chanter ;-)... si la sauce prenait, c'était simple ensuite de l'inclure dans le programme du jour.
Avec une de mes classes (mais je n'ai pas réussi avec toutes), j'avais mis en place l'élève de la semaine, qui avait le droit d'amener un morceau à partager avec les autres (sous réserve qu'il soit écoutable en classe, c'est-à-dire qu'il obéisse au règlement, donc pas des choses racistes/homophobes/xénophobes).

Enfin, je me précipitais sur toutes les occasions de les sortir dans des lieux où la musique vit... ils ont vu les Tambours chinois, par exemple, qui tournaient dans la région, et avec qui l'IA avait fait un projet pour les classes.
Mais surtout, on avait une SMAC bien développée dans la ville où j'étais, et j'ai pu travailler avec des artistes en résidence après que les élèves aient vu les concerts : Dionysos et Wax Tailor. C'est peu de dire que ce type de musique était plus de mon goût que du leur, mais ça a très bien marché.
L'année où j'ai eu ma mutation par surprise, je devais les emmener écouter une répétition d'orgue à la cathédrale, et j'attendais de savoir avec quel artiste on travaillerait.
Avec des classes plus récalcitrantes, j'ai aussi proposé aux collègues d'anglais de rechanter avec mes élèves les comptines/chansons faites en cours d'anglais.

Enfin, pour ce qui est du contenu culturel du programme (ils ont peut-être changé d'ailleurs), je choisissais mes écoutes musicales pour introduire par exemple un type d'instrument ou un style et une époque... En 4e, on regardait Le roi danse !, on étudiait le swing avec la seconde guerre mondiale, etc. En 5e, l'étude de trois continents était au programme de géo, donc je suivais ce que faisait le collègue en géo, et on écoutait différents styles et époques des continents étudiés.


Dernière astuce : j'ai lu "Osez la musique",  il est dans pas mal de médiathèque et c'est une mine !



Le témoignage de Saltimbocca en septembre 2015

Oh MERCI, justement, j'avais lu ton mémoire,  avec mes élèves de Vannes, j'ai en charge l'Education musicale cette année, et j'étais justement en train de me demander comment articuler une séance pour que ça soit rythmé et attrayant pour eux.... j'ai la chance de pouvoir utiliser un outil supplémentaire: les Ipads avec une appli très sympa "Garage Band" pour travailler la (re)découverte des instruments et leur famille....
J'espère, on verra, me rapprocher de la CHAM de l'établissement, mais l'approche peut parfois être délicate...Affaire à suivre.
MERCI beaucoup pour ton travail, et le temps que tu prends pour partager tes idées<3

et la même en janvier 2017 : Plus d'un an après.. Je suis fière d'avoir réussi à mener un projet qui a fini par aboutir par l'enregistrement d'un slam en studio et la réalisation d'un clip.. grâce au professeur de la CHAM qui avait accepté de nous accompagner dans ce projet...  https://www.youtube.com/watch?v=mjGw0L5r1II

N'hésitez pas à aller visionner !! Le travail réalisé est impressionnant ! Bravo 




















Lignes obliques et motricité fine MS PS

Un petit travail directement inspiré d'Actions plastiques MS chez Retz :






C'est dans la partie 2 : composer,  que vous la trouverez, c'est l'activité numéro 1 : déchiqueter.

J'avais besoin de faire travailler mes élèves sur les obliques, et surtout de leur faire renforcer encore leur dextérité, déchiqueter était une bonne idée donc, même si c'est encore difficile pour les plus "patauds".

Une PS qui ne fait pas toujours la sieste et qui vient parfois travailler avec les MS a fini son exemplaire également... en ligne bientôt... la difficulté est plus dans le développement moteur de l'élève que dans le travail à accomplir.

On propose des morceaux de papier de couleur déjà grossièrement déchirés aux élèves (A4 déchiré en deux, et non coupées afin de montrer ce qui est attendu), et ils déchirent en gros morceaux.
Ils choisissent ensuite les morceaux qui les intéressent, et les places sur la feuille autour d'un plus petit préalablement choisi.
On leur donne les "coeurs" déchirés déjà ou on les aide à déchirer petit si besoin, et on leur propose de choisir une couleur qui sera visible sur le grand morceau.
On insiste sur "placer au milieu".
Puis on fait tracer les obliques au feutre noir du centre vers l'extérieur.



21 janv. 2017

J'ai froid aux doigts

une jolie chanson rythmée d'Anne Sylvestre, de circonstance et qui fait travailler les compléments à 5, et la comptine jusqu'à 10



 
 (cliquer sur l'image pour télécharger
 le titre hors album, pour 1,29 euros)


pour l'écouter : 




et pour les paroles : CLIC

J'avais inventé des gestes avec les élèves, et notamment montrer les 2 et 3 avec les deux mains, ainsi que main gauche main droite, et du basique pour taper, réchauffer (en frottant), souffler, ... suivre le rythme de la chanson, avoir les paroles et les gestes... gros travail pour eux, mais les trois quarts de mes 29 MS s'en sortaient très bien !



le doc s'imprime aussi très bien en Noir et Blanc ^^



et pour d'autres fabulettes d'Anne Sylvestre

Matériel de jeux en mode hiver - MS GS

Un matériel préparé pour l'hiver , autour de moufles et bonnets, à utiliser en loto, en mémory, en jeux de langage/description et discrimination, pour des tris, pour un repérage D/G et même en atelier autonome.

Pour chaque niveau de difficulté proposé, il y a 12 planches dans le fichier!

Dossier avec le matériel : clic (accès aux 4 fichiers dans le dossier proposé)

Niveau 1 : on joue sur les couleurs des objets

Les planches : 
 et les motifs à découper


Niveau 2 : le sens des moufles
Les planches :

 Les cartes motifs à découper


Niveau 3 : les détails des bonnets
Les planches :




et les p'tits bonnets à découper 



Niveau 4 : pour les élèves super costaud, on met ensemble détails des moufles, couleur ET sens droite/gauche, et surtout, on utilise les cartes dans les deux sens !
Les planches 



et les moufles dans les deux sens :



Jeu de déduction et maths - MS

Voici un petit jeu tout simple pour travailler logique et déduction, langage et comptage avec mes MS.

Règle du jeu : on retourne toutes les cartes rectangulaires sur la table, face visible.
Un joueur prend une des cartes rondes, et donne tous les indices aux autres joueurs qui doivent retrouver à quelle carte ces indices mènent, parmi celles posées sur la table.

On travaille donc le langage et la communication, le comptage pour vérifier que la carte correspond, les couleurs (autres que rouge, jaune, vert, bleu, basiques), et je reprends un motif utilisé déjà (voir cet article sur les cartes moufles et bonnet).

Le jeu comprend 5 couleurs, deux motifs et les nombres de 1 à 6 en chiffre et constellations.

Il y a 12 cartes de chaque type dans le fichier à télécharger : jeu déduction et compte







jeu à plastifier et découper bien entendu. 

17 janv. 2017

Une visite au monument aux morts et au cimetière - préparer les thèmes d'Histoire sur les guerres mondiales

Pour préparer ma séquence sur la Première guerre mondiale, je me suis fortement inspirée des documents proposés par deux super bouquins d'Histoire cycle 3 :

Histoire à revivre, tome 3, chez Accès édition


et le Retz, 40 séquences d'Histoire au CM2


Je ne propose pas ma séquence donc, qui est inspirée de choses existantes et auxquelles je n'ai ajoutées que les adaptations nécessaires à ma classe propre.

En revanche, les deux proposant de commencer par ce qui reste des guerres, nous sommes allés avec les élèves faire une visite aux monuments aux morts et au cimetière militaire de notre ville.

Les élèves, répartis en groupe, avaient des enquêtes à faire au monument au mort simple qui est en ville, au grand monument aux morts du cimetière, et au cimetière militaire.
Voici ces deux enquêtes si elles peuvent servir pour vos propres visites...


pour le monument aux morts : CLIC et pour le cimetière militaire : CLIC



Le questionnaire "monument" va insister sur les inscriptions et les symboles, celui "cimetière militaire" sur la comparaison entre les différentes tombes, qui va donner des indications de nationalités, religions, cultures et autres symboles de régiments, ainsi qu'une idée de qui combattait quand (les tombes françaises sont celles de soldats tués en 1940, après les français n'ont plus combattu au front par eux-même, les tombes du Commonwealth ont des dates ultérieures dans la guerre) 


le questionnaire sur le monument aux morts insistera sur la symbolique : ce qui représente la paix, la guerre, la mort, les dédicaces et les autres phrases ou hommages, les noms propres (autres que ceux des soldats), etc.




chaque forme de tombe donne des informations différentes sur le soldat enterré. Parfois même simplement qu'on ne sait pas son nom, détail qui a beaucoup choqué les élèves.

A partir des noms relevés, les élèves auront une séance d'informatique et Histoire, en allant sur le site Mémoire des hommes. (Cliquer sur l'image pour y accéder)


à droite, sur la capture d'écran, vous pouvez voir une loupe et les termes "recherche globale", cette partie du site permet de rechercher des noms dans des bases concernant la Première guerre mondiale mais également tous les conflits suivants.

A partir de ce monument, on a relevé des noms, et on les rentre dans la base nominative de la Première guerre mondiale

On obtient alors ça :



et on clique pour voir sur les icônes proposées :


Riche d'enseignement et intéressant non ?

Cela rend tout de suite plus vivant, un nom trouvé gravé sur la pierre, car tué il y a presque 100 ans...  on peut comparer les deux fiches proposées pour savoir auquel on a affaire sur "notre" monument !




16 janv. 2017

Communiquer d'un bout à l'autre du monde grâce à Internet

Thème 2 de l'année en Géographie pour les CM2, j'ai pensé ma séquence en 3 parties distinctes :

- comment ça fonctionne ?
- les usages qu'on en a
- est-ce que tout le monde y a accès

qui regroupent à peu près toutes les pistes à aborder dans les programmes.

Le comment ça fonctionne détaille aussi bien le fonctionnement "domestique" avec les différents appareils que le fonctionnement technique de base (ondes, satellite, câblage sous-marin).

Les usages vont regrouper tout autant les applis et sites que les élèves connaissent pour communiquer, que l'usage citoyen qu'on peut avoir d'Internet (lien avec l'ECM), et les élèves iront un peu toucher aux logiciels et applis type Google Maps pour faire le lien avec la géographie sur ordi et grâce au net.

Enfin, la dernière partie permet de vérifier le développement d'Internet partout dans le monde, et partout autour de soi; Internet en milieu rural ou urbain, c'est très différent.

Ce travail en géo sera suivi (bientôt ici ) par la Semaine de la Presse, dont le thème cette année, est "d'où vient l'info ?" idéal pour continuer sur l'usage citoyen, et apprendre à utiliser le net.

J'ai mis dans le dossier avec le reste la séquence telle que je l'ai écrite pour mes élèves, mais les docs peuvent servir à monter sa propre séquence, car je ne détaille jamais, laissant toujours une marge pour ce qui peut se passer d'intéressant en classe, parfois plus riche que ce que j'ai prévu. (Et puis je ne suis pas non plus la reine des préps)


Un aperçu du tout ?


docs pour les 4 séances



questionnaire séance 1

Le dossier complet est téléchargeable là : CLIC


Et le site de Vinz et Lou, très connu, mais sait-on jamais ? - pour la séance sur l'usage citoyen, c'est là Vinz et Lou