19 avr. 2017

Bilan(s) de l'atelier lecture

En déménageant mon bilan de l'atelier lecture au bout de deux mois en segpa, quand je l'ai lancé, je me suis dit qu'il fallait revenir sur celui de cette année en CM2.

Donc voici  en premier l'article d'avril  2012 sur mes deux premiers mois en atelier lecture type DECLIC

Premier bilan : des p'tits bonheurs, des grandes joies, des idées supers, et de rares déconvenues !
-->dans chaque classe, les élèves ont lu plus de livres complets de janvier à mars que pendant une année complète en lecture suivie d'ordinaire (environ trois livres par an en lecture suivie, et même deux seulement pour les plus grands, 3e, avec qui le temps manque : 9 semaines de stage, dossiers à préparer pour l'oral du CFG, etc.)
-->les élèves, à quelques très  rares exceptions près (une jeune fille de 5e notamment) réclament des séances de lecture désormais, surtout  si nos rares heures de français me font manquer une séance d'atelier pour avancer sur autre chose... même chose s'il reste du temps : on fait lecture, Madame ?
-->après des entretiens individuels poussés avec certains qui décrochaient régulièrement, la majeure partie des élèves que j'ai pu aider est allée au moins jusqu'au bout d'un voire deux livres, en les comprenant.
-->avec une des classes, j'ai enfin mis en place la lecture à l'autre et cela fonctionne très bien ! Les élèves, après une séance d'essai en doublette prévue pour chaque partenariat, se positionnent eux-même sur un affichage, et alternent sans problème lecture autonome et lecture à deux !
-->les élèves amènent des livres qu'ils ont aimé pour enrichir la bibliothèque de classe jusqu'à la fin de l'année : une vingtaine de livres déjà
-->les élèves font des propositions tout à fait intéressantes : nous disposons d'une petite cour fermée, près de la classe, avec un peu de verdure, et des murets. Aux premiers beaux jours, alors qu'on étouffait dans la classe (chauffage collectif + soleil + exposition plein sud), certains ont demandé à aller lire dehors. Croyez-le ou non, ce sont les plus attentifs dans leur lecture. Bien qu'ils soient très visibles par la fenêtre et la porte vitrée, ils pourraient en profiter pour échanger bien plus facilement qu'en classe, mais ils se régulent mieux que ceux qui sont à l'intérieur, plus nombreux. Du coup, il a fallu organiser un tour de rôle, car au moindre rayon de soleil, c'est à qui aura le plaisir de lire dehors !
-->Peu à peu, l'intérêt des mini-leçons devient compréhensible pour tous, y compris les plus rétifs ou les plus en difficultés
--> au moins trois ou quatre élèves par classe ont trouvé/atteint "the reading zone", et du coup, ont du mal à décrocher en fin de séance.
-->un bilan personnalisé très court sur feuille m'a montré que tous ont lu au moins 3 livres (sauf un élève qui lit un roman long et difficile), et jusqu'à 7 ou 8 pour certains (les documentaires se lisant un peu plus rapidemment)
Tous en ont aimé au moins 1, et en recommanderait au moins 1 aux autres. La plupart d'entre eux pense pouvoir en lire encore au moins 4 d'ici la fin de l'année.
-->des joies et des bonheurs pour tous (prof compris) :
-  cet élève très bavard, qui comprend en voulant lire tranquillement, gêné par le bavardage des autrse, que le sien n'est pas toujours très agréable
- cette élève qui cherche toujours quoi lire, et qui prend plaisir à une histoire présentée pour faire des hypothèses à partir de la couverture
- cet élève qui réussit à entrer dans la " reading zone" avec un livre recommandé par une amie d'une autre classe qui a laissé une fiche pour présenter le livre affichée en classe
- cet autre élève qui feuilletait tous les documentaires sans vrai intérêt et ne lâche plus celui qui le concerne le plus en ce moment (question d'amour 10-14 ans), et n'arrive plus à le poser à la fin de la séance
- cet élève encore qui a du mal à déchiffrer et à comprendre mais qui a lu 9 livres en trois mois : des albums et des documentaires simples puis des petits romans sans image, et qui après presque 3 mois, se souvient encore de 4 histoires différentes
- cet autre élève qui s'est plongé avec délices dans les BD et qui de lui-même est passé à un petit roman dont le héros est le même, et lit sans discontinuer (lui aussi est dans la reading zone...)
- cette jeune fille qui n'a rien compris aux trois premiers livres lus et qui avec un grand sourire vient me présenter le suivant en me disant "j'ai tout compris !!!", toute heureuse
- une autre jeune fille encore qui papillonne souvent en classe, et ne lève pourtant jamais le nez de ses livres
- ces deux autres qui se chipotent en lecture à deux pour que l'un et l'autre améliorent leur fluidité sinon on ne comprend pas
- ces élèves dehors, les fesses sur le béton, qui refusent de rentrer, parce que "qu'est-ce qu'on est bien, Madame, à lire en plein air!!"
- les élèves en salle d'étude/permanence qui demandent quand on passe "est-ce que je peux prendre mon livre ?", "est-ce que je peux aller lire dans la classe ?"
- etc.
Les petits moments moins sympas ?
- Lorsqu'aucune stratégie proposée ne permet encore à l'élève d'aller au-delà de sa difficulté précise.
- lorsqu'un élève ne réussit pas à "se mettre à" lire lors d'une séance (c'est toujours possible, et acceptable) mais cherche un interlocuteur du regard, puis par signes, puis par petits cris ou appels... entre ses interruptions, et les miennes pour le recadrer, l'ambiance n'est plus à la lecture pour une partie de la classe.
- les lectures à deux avec un élève qui ne sait pas lire à mi-voix malgré tous les modelages sur le sujet ;-)... et tout le reste de la classe qui ne peut s'empêcher de faire "chuuuuuuuuuuuuuttttt !!!!"... ;-)
- l'élève, toujours le même, autour de qui tout doit être centré, et qui ne comprend pas qu'on ne lui réponde pas, et ne saisit pas les allusions aux affichages sur le sujet, ni les gestes, ni carrément quand on lui demande de se taire et d'attendre...

1
Mercredi 11 Avril 2012 à 02:25   Supprimer le commentaire
Zazou468
Wow! Je suis vraiment scotchée par ton article et me fait vraiment plaisir de lire la progression de tes élèves. C'Est génial tous ces petits et grands bonheurs!!!
    2
    Mercredi 11 Avril 2012 à 09:04   Supprimer le commentaire
    Ermeline
    J'adore cet article! J'ai plus ou moins les mêmes observations que toi avec mes petits loups... et je n'ai pas encore trouvé  que faire pour garder l'ambiance lecture alors qu'un élève ne le permet pas... mais tout le reste est tellement motivant!
      3
      Mercredi 11 Avril 2012 à 11:00   Supprimer le commentaire
      ptitejulie
      Génial! Lire dehors, le pied! Encore une découverte pour eux j'imagine!
        4
        sagebooker Profil de sagebooker
        Mercredi 11 Avril 2012 à 13:53   Supprimer le commentaire
        sagebooker
         Éditer
        et aujourd'hui, les 4e "eh madame!! Les 5e ils vont lire dehors, pourquoi nous on n'a pas le droit ??", alors que ce n'est pas interdit, c'est juste que l'autre classe l'a proposé, et testé, et eux n'y avaient pas pensé encore ^^
        Du coup, ils ont voulu tester, mais 13 ° + vent de mer (Nord-ouest) + averses de grêles entre-temps, ça n'a pas tenu longtemps !!
          5
          Dimanche 15 Avril 2012 à 21:19   Supprimer le commentaire
          Mélimélune
          Fantastique ! J'ai le même ressenti mais je ne l'aurais pas si bien dit !
            6
            sagebooker Profil de sagebooker
            Lundi 16 Avril 2012 à 09:38   Supprimer le commentaire
            sagebooker
             Éditer
            Rhooo mais si, voyons !!

            D'ailleurs, j'aimerai bien le lire si possible, parce que cela donne des idées et de la motivation de le lire chez les autres !
              7
              choupakhi Profil de choupakhi
              Mardi 17 Avril 2012 à 19:02   Supprimer le commentaire
              Ouah c'est génial, que du positif ! Je suis contente pour toi et tes élèves ! chapeau bas ma p'tite dame!





              Premier bilan dans mon CM2 actuel :

              certains élèves sont de vrais crevards... oui je sais le mot n'est pas terrible, ni très correct mais représente bien ce que je veux dire : la bibli de classe, désormais riche de 1500 titres n'est pas assez riche pour eux, et ils dévorent. L'ensemble de la classe à mi-mars a lu plus de 500 livres.

              Le fonctionnement s'est adapté parfaitement à trois élèves HP (dont un THQI, Aspie), deux Dys, trois élèves en grande difficulté, et un élève déficient cognitif... la différenciation se fait de soi, une fois acquis les premièes leçons sur le fonctionnement et le choix des livres, et avec un accompagnement individuel cohérent les premiers mois.

              La mise en place a été plus longue qu'en Segpa, étonnament. Et l'endurance de lecture a été longue à gagner. Aux vacances d'automne, on n'était qu'à 10 minutes, en pratiquant pourtant tous les jours, avantage d'avoir une seule classe à la semaine.

              Cette classe est bavarde, il est donc difficile de conserver le silence pour l'installation, point noir pour moi, mais mes tentatives dans tous les sens n'y changent pas grand chose hélas, et ils sont ainsi dans tous les domaines.

              La plupart ont atteint The Reading Zone, certains décrochent mais ce ne sont jamais les mêmes, c'est donc lié soit à la lecture du moment qui ne les a pas passionnés, soit à des interférences (bruits au-dehors qui les a gênés, pensées intrusives car soucis persos, etc.) mais chacun sauf un, de mes 23 loulous bouquinent sans s'arrêter et a du mal à lâcher son livre quand sonne le moment d'arrêter.

              Un groupe de filles prévoit désormais chacune son bouquin et s'installe à lire à la récré. Au moins trois parents sont venus me remercier parce que "il/elle lit maintenant !". 

              On peut dire que ça fonctionne, donc.

              J'achoppe toujours sur des cas très particuliers : 
              - l'élève qui n'aime rien tant que se rendre intéressant, mais la plupart du temps, il est lui aussi plongé dans sa lecture
              - l'élève qui n'a pas de TDA a priori, mais ne tient pas en place, et ne réussit pas à lire plus de quelques minutes... et celui-là, je ne lui ai fait gagner que quelques minutes d'endurance sur l'année, alors que mon déficient en est à 15 minutes largement.

              J'achoppe encore sur le transfert : les stratégies vues sont réutilisées dans les cadres où je dirige ou créé pour (mini-leçon, Lector Lectrix, lectures suivies, etc.) mais rarement pour soi, par les élèves. Et là, je ne sais pas dans quelle direction aller.

              Aucun commentaire:

              Enregistrer un commentaire