23 avr. 2017

Anglais : cartes d'identité

Mise à jour au 23 avril 2017 - contribution d'Isac - des tableaux de vocabulaire sur la nourriture
cf en fin d'article

Voici une série de cartes "d'identité" pour rebrasser de nombreux acquis avec les élèves façon "qui est-ce", présentation longue ou conversation orale :
- se présenter (nom, âge, nationalité...)
- les couleurs, les métiers, les hobbies, les pays anglophones, la nourriture
- poser des questions (what's your name ? How old are you ? What is your favourite... ? Where do you come from ?...)
- dire ses préférences (I like, I want, I want to be..., my favourite,...)
Et je pense qu'on peut trouver de nombreuses autres variantes et utilisation de ces cartes...

Le dossier comprend 16 cartes différentes, et deux cartes supplémentaires pour en créer d'autres sans problème, le tout en PDF pour ne pas bouger au téléchargement. Comme d'habitude, j'ai utilisé la police Andika pour mes élèves.
Les cartes sont à imprimer, couper et plier en deux avant de plastifier. (le dos permettant qu'on ne puisse pas voir à travers). 
J'ajoute le modifiable(ppt)  pour changer la police si vous souhaitez ou pour changer les âges (ce paquet de cartes avait été préparé pour mes segpa).




Isac apporte sa contribution avec des tableaux de vocabulaire sur la nourriture pour apprendre ou réviser les mots présents dans les cartes. (Dans le dossier, le format PDF et le format modifiable). Les cases vides servent à ajouter le vocabulaire de chaque classe.

Merci à elle !

20 avr. 2017

Centres de mathématiques : 3 nouveaux centres autour des aires

Les aires en autonomie


Dans le dossier Centre de mathématiques, trois ajouts autour des aires et de leur calcul.


1. Plans d'architecte

On invite l'élève à réaliser des plans. A coupler avec la géo (Mieux habiter) ou le codage. A ne mettre dans les centres qu'après le travail en classe sur les aires (ou au moins les pavages).



5 plans du plus simple au plus compliqués sont proposés à l'élève. Pour chaque plan à réaliser, les instructions sont données (à plastifier ou mettre sous plastique pour une conservation et réutilisation optimales).

Travail à faire : dessiner son plan sur quadrillage, puis calculer l'aire totale occupée.

5 plans à faire :
- la classe de mes rêves (on pose des carrés et des rectangles)
- la chambre de mes rêves (carrés rectangles, mais disposition plus libre)
- le jardin de mes rêves (on peut varier les tailles, et les formes)
- la maison de mes rêves (on voit plus grand, on calcule les aires, il y a des contraintes inévitables...)
- la ville de mes rêves




2. cartes à tâches

trois séries:
- calculer les aires de figures simples au programme, mesures données (rectangle, carré, triangle, disque)
- calculer les aires de figures composées au programme, mesures partiellement données (figure composée de deux ou trois figures)
- calculer les aires de figures simples, mesures données avec des décimaux

Il peut être utile pour les plus fragiles de proposer les formules des aires avec le jeu.


Attention, pour un travail plus propre, ces cartes sont créées en A5, il faut les imprimer en plus petit.
Les solutions sont dans le dossier.

3. Bataille d'aires

Il suffit de photocopier ou plastifier le quadrillage et mettre soit un jeu de cartes, soit des dés à disposition des élèves. La règle du jeu est dedans.
Chacun construit des aires tant qu'il y a de la place, et à la fin fait le total de l'espace occupé par ses propres aires.





Dans ma classe, j'ai de gros dés en mousse (environ 4 x 4 cm) trouvés chez Action pour moins d'un euro, et qui permettent d'utiliser tous les centres, tous les ateliers et les jeux mis à dispo sans bruit et sans gêne pour les autres.

3 petits écrits pour structurer l'année

3 écrits simples et rapides qui ont pour objectif d'entrer rapidement dans l'écriture et d'induire des constructions de phrases.

Début d'années'écrire à soi plus tard.

On écrit en début d'année, une lettre qu'on n'ouvrira qu'en juin, pour se parler de soi, tel qu'on est au moment présent, à notre futur soi.
Je m'écris à moi !

Evidement entre la 5e et la 3e segpa, l'évolution est très importante, voire étonnante parfois, mais des CM2 qui débutent, qui écrivent à eux-même bientôt quittant l'école pour le collège, ce n'est pas inintéressant. Côté CM1, c'est se projeter entre enfance, et futur grand de l'école qui est intéressant.

Le principe est simple : une feuille de papier, une enveloppe.

On laisse les élèves écrire leur lettre à eux, personnelle, sans y mettre le nez. Ils sont en général très amusés en se relisant des mois plus tard, de constater leurs propres fautes et leur évolution aussi.

Ils décorent si ils veulent, mettent des choses importantes s'ils souhaitent, et ferment l'enveloppe, qu'on dépose avec les autres, cachetées, dans une boite ou une enveloppe, et qu'on range précautionneusement jusqu'en juin.

Voilà un petit écrit devant lequel peu d'entre eux se trouvent en panne !

ATTENTION : ne pas oublier de ressortir les enveloppes de l'armoire les derniers jours !


Janvier : mes bonnes résolutions

Un écrit très rapide induisant des structures de phrase obligatoires, ainsi que l'usage de modes et temps inévitables. Une bonne façon de reprendre au niveau syntaxe !
Pour le fichier : CLIC


Les amorces induisent les phrases. La fin est libre pour l'imagination et la projection des élèves mais pas pour la forme. Certains élèves sèchent sur la 3e phrase où on ne peut pas mettre "je"...


Au printemps :  en mai ou juin, on bilante l'année.

On se fait un joli livret, en pliant une feuille A4. Les élèves font ce qu'ils veulent sur la couverture, et se réservent une page pour écrire avec les copains des souvenirs de l'année. On verra alors fleurir les jolies décos, les lettres très graphiques, et les signatures des amis... c'est le but, se fabriquer un souvenir, sous couvert d'écrire.
Et avec un objectif pédagogique côté enseignant, tout en préservant une motivation que les CM2 n'ont plus par exemple dès le mois de mai.
Sur une page, on exige l'utilisation de "cette année, j'ai" et donc du passé composé et de l'imparfait.
Cet écrit est lancé avec "mes meilleurs souvenirs de mon année de...".





Sommaire anglais

Sommaire anglais



Matériel
- cartes d'identité


Civilisation

- Chants de Noël en anglais
- Thanksgiving par le storytelling


Dans le fonctionnement de la classe
- Boite à gentillesse et Sorry box


Maternelle
- les couleurs en GS Séquence Grand Monstre Vert


19 avr. 2017

Un mot un dé

Un jeu tout simple, à introduire en brain break ou en rituel : on jette un dé à 6 faces ou à 8 faces, et on applique la consigne donnée sur le tableau affiché ou projeté au mot proposé.

Dans ma classe, on prend le mot du jour du chevalet les Incollables, ou bien un des mots à retenir en orthographe, selon le moment, l'humeur et ce qu'il convient de travailler : grammaire, ortho ou voca.

Dans le fichier, deux versions proposées
Version dé à 6 faces et grammaire





 version dé à 8 faces et vocabulaire


Résumer un texte

Résumer reste une "technique" difficile à s'approprier et pourtant nécessaire. Elle n'est pas à proprement parler dans les programmes mais sert beaucoup à l'oral dans les stratégies de lecture étudiées, et à l'écrit aussi dans les analyses documentaires.

Je l'aborde de façon "allégée" par le biais d'une fiche (dans ce dossier



A accompagner des ces exercices (trois exercices dans le dossier à télécharger, voir lien plus haut)



Rallye-liens spécial remplaçant : une activité au pied-levé


Mon autoportrait en adjectifs

pour le rallye-lien proposé par Chabadou
Cette courte séquence allie grammaire, orthographe, rédaction, oral et vocabulaire (et même un peu de lecture), avec un peu d'arts.

Voici une idée piquée sur ce blog-ci -->theeducationcenter

Je l'ai utilisée en classe avec mes 4e, afin de travailler les adjectifs en grammaire d'une part, et préparer une de leur correspondance d'autre part.

Je commence d'abord par des rappels sur l'autoportrait et le vocabulaire du portrait. Comme je travaille avec la méthode Picot en orthographe cette année, j'attends un peu aussi que les élèves commencent à appréhender un peu mieux la colonne des adjectifs ;-)
Il me semble que l'activité en elle-même est faisable sur deux heures avec des Segpa, donc possible pour un remplacement.

1. on fait un travail de grammaire autour de l'adjectif. Soit un rappel, si après le relevé des conceptions initiales on s'aperçoit que les élèves savent de quoi il s'agit, soit une séance découverte à partir d'un texte simple mais rempli d'adjectifs. (Il y a toujours un bouquin de français avec des textes qui traine, ou alors on a souvent plusieurs textes de chaque niveau lorsqu'on remplace). On peut ajouter aussi quelques exercices sur leur accord, si on a encore du temps.

2. on fait son autoportrait (on peut s'aider d'une fiche de vocabulaire) ou un travail autour de la connaissance de soi avec liste d'adjectifs pour se déterminer

3. on fait sa création en papier : une feuille A5 ou A4 qu'on plie en accordéon (attention, rien que ça demande parfois un quart d'heure à certains de nos élèves !). On fait noter un adjectif de l'autoportrait sur chaque pli obtenu (au pire, on coupe les plis qui restent pour les élèves qui n'ont pas trop d'adjectifs à utiliser). On crée sa tête ou une tête adaptée aux adjectifs choisis donc plus caricaturale, ou bien encore, choix que j'ai fait pour mes 4e, on prend une photo en gros plan, on l'imprime et on coupe pour l'ajouter.
Toutes les techniques possibles avec le matériel à dispo dans la classe sont possibles : feutres, crayons, pastel, collage de papiers de couleur différentes, adjectifs tapés ou écrits, écritures différentes et fantaisies... au moins on fera le bonheur des frappés du graff' et des folles des p'tits coeurs.  ! On peut aussi donner des consignes comme écrire en petits points (motricité fine), ou changer de couleur à chaque lettre, et pour l'intérieur des lettres (consignes doubles à suivre à la lettre, toujours intéressant). Les variables didactiques ne manquent pas...
Ensuite, soit on ajoute les membres (on peut les préparer par avance, dessinés à peu près, et les photocopier pour que les élèves n'aient plus qu'à couper), soit on s'en passe...
L'accordéon peut être replié avec un peu de blue/yellow tack histoire de préserver le mystère, et affiché ensuite. On ne met pas le nom de l'élève, afin que les autres jouent aux devinettes quand ils leurs sont présentés...


Ce travail a été utilisé également pour se présenter à des correspondants !




Compte-rendus de remplacement

Comme tout bon remplaçant, j'ai laissé des traces aux collègues remplacés, dans leurs classes, pour expliquer ce que j'avais fait...

voici les trois docs utilisés pour ça, mais vous en trouverez d'autres sur le net.

Dans le dossier, vous aurez donc les format pdf et word pour modifier à votre sauce.

Remplacement long (le court ressemble aussi à ça et est dans le dossier)



Remplacement avec direction :







Bilan(s) de l'atelier lecture

En déménageant mon bilan de l'atelier lecture au bout de deux mois en segpa, quand je l'ai lancé, je me suis dit qu'il fallait revenir sur celui de cette année en CM2.

Donc voici  en premier l'article d'avril  2012 sur mes deux premiers mois en atelier lecture type DECLIC

Premier bilan : des p'tits bonheurs, des grandes joies, des idées supers, et de rares déconvenues !
-->dans chaque classe, les élèves ont lu plus de livres complets de janvier à mars que pendant une année complète en lecture suivie d'ordinaire (environ trois livres par an en lecture suivie, et même deux seulement pour les plus grands, 3e, avec qui le temps manque : 9 semaines de stage, dossiers à préparer pour l'oral du CFG, etc.)
-->les élèves, à quelques très  rares exceptions près (une jeune fille de 5e notamment) réclament des séances de lecture désormais, surtout  si nos rares heures de français me font manquer une séance d'atelier pour avancer sur autre chose... même chose s'il reste du temps : on fait lecture, Madame ?
-->après des entretiens individuels poussés avec certains qui décrochaient régulièrement, la majeure partie des élèves que j'ai pu aider est allée au moins jusqu'au bout d'un voire deux livres, en les comprenant.
-->avec une des classes, j'ai enfin mis en place la lecture à l'autre et cela fonctionne très bien ! Les élèves, après une séance d'essai en doublette prévue pour chaque partenariat, se positionnent eux-même sur un affichage, et alternent sans problème lecture autonome et lecture à deux !
-->les élèves amènent des livres qu'ils ont aimé pour enrichir la bibliothèque de classe jusqu'à la fin de l'année : une vingtaine de livres déjà
-->les élèves font des propositions tout à fait intéressantes : nous disposons d'une petite cour fermée, près de la classe, avec un peu de verdure, et des murets. Aux premiers beaux jours, alors qu'on étouffait dans la classe (chauffage collectif + soleil + exposition plein sud), certains ont demandé à aller lire dehors. Croyez-le ou non, ce sont les plus attentifs dans leur lecture. Bien qu'ils soient très visibles par la fenêtre et la porte vitrée, ils pourraient en profiter pour échanger bien plus facilement qu'en classe, mais ils se régulent mieux que ceux qui sont à l'intérieur, plus nombreux. Du coup, il a fallu organiser un tour de rôle, car au moindre rayon de soleil, c'est à qui aura le plaisir de lire dehors !
-->Peu à peu, l'intérêt des mini-leçons devient compréhensible pour tous, y compris les plus rétifs ou les plus en difficultés
--> au moins trois ou quatre élèves par classe ont trouvé/atteint "the reading zone", et du coup, ont du mal à décrocher en fin de séance.
-->un bilan personnalisé très court sur feuille m'a montré que tous ont lu au moins 3 livres (sauf un élève qui lit un roman long et difficile), et jusqu'à 7 ou 8 pour certains (les documentaires se lisant un peu plus rapidemment)
Tous en ont aimé au moins 1, et en recommanderait au moins 1 aux autres. La plupart d'entre eux pense pouvoir en lire encore au moins 4 d'ici la fin de l'année.
-->des joies et des bonheurs pour tous (prof compris) :
-  cet élève très bavard, qui comprend en voulant lire tranquillement, gêné par le bavardage des autrse, que le sien n'est pas toujours très agréable
- cette élève qui cherche toujours quoi lire, et qui prend plaisir à une histoire présentée pour faire des hypothèses à partir de la couverture
- cet élève qui réussit à entrer dans la " reading zone" avec un livre recommandé par une amie d'une autre classe qui a laissé une fiche pour présenter le livre affichée en classe
- cet autre élève qui feuilletait tous les documentaires sans vrai intérêt et ne lâche plus celui qui le concerne le plus en ce moment (question d'amour 10-14 ans), et n'arrive plus à le poser à la fin de la séance
- cet élève encore qui a du mal à déchiffrer et à comprendre mais qui a lu 9 livres en trois mois : des albums et des documentaires simples puis des petits romans sans image, et qui après presque 3 mois, se souvient encore de 4 histoires différentes
- cet autre élève qui s'est plongé avec délices dans les BD et qui de lui-même est passé à un petit roman dont le héros est le même, et lit sans discontinuer (lui aussi est dans la reading zone...)
- cette jeune fille qui n'a rien compris aux trois premiers livres lus et qui avec un grand sourire vient me présenter le suivant en me disant "j'ai tout compris !!!", toute heureuse
- une autre jeune fille encore qui papillonne souvent en classe, et ne lève pourtant jamais le nez de ses livres
- ces deux autres qui se chipotent en lecture à deux pour que l'un et l'autre améliorent leur fluidité sinon on ne comprend pas
- ces élèves dehors, les fesses sur le béton, qui refusent de rentrer, parce que "qu'est-ce qu'on est bien, Madame, à lire en plein air!!"
- les élèves en salle d'étude/permanence qui demandent quand on passe "est-ce que je peux prendre mon livre ?", "est-ce que je peux aller lire dans la classe ?"
- etc.
Les petits moments moins sympas ?
- Lorsqu'aucune stratégie proposée ne permet encore à l'élève d'aller au-delà de sa difficulté précise.
- lorsqu'un élève ne réussit pas à "se mettre à" lire lors d'une séance (c'est toujours possible, et acceptable) mais cherche un interlocuteur du regard, puis par signes, puis par petits cris ou appels... entre ses interruptions, et les miennes pour le recadrer, l'ambiance n'est plus à la lecture pour une partie de la classe.
- les lectures à deux avec un élève qui ne sait pas lire à mi-voix malgré tous les modelages sur le sujet ;-)... et tout le reste de la classe qui ne peut s'empêcher de faire "chuuuuuuuuuuuuuttttt !!!!"... ;-)
- l'élève, toujours le même, autour de qui tout doit être centré, et qui ne comprend pas qu'on ne lui réponde pas, et ne saisit pas les allusions aux affichages sur le sujet, ni les gestes, ni carrément quand on lui demande de se taire et d'attendre...

1
Mercredi 11 Avril 2012 à 02:25   Supprimer le commentaire
Zazou468
Wow! Je suis vraiment scotchée par ton article et me fait vraiment plaisir de lire la progression de tes élèves. C'Est génial tous ces petits et grands bonheurs!!!
    2
    Mercredi 11 Avril 2012 à 09:04   Supprimer le commentaire
    Ermeline
    J'adore cet article! J'ai plus ou moins les mêmes observations que toi avec mes petits loups... et je n'ai pas encore trouvé  que faire pour garder l'ambiance lecture alors qu'un élève ne le permet pas... mais tout le reste est tellement motivant!
      3
      Mercredi 11 Avril 2012 à 11:00   Supprimer le commentaire
      ptitejulie
      Génial! Lire dehors, le pied! Encore une découverte pour eux j'imagine!
        4
        sagebooker Profil de sagebooker
        Mercredi 11 Avril 2012 à 13:53   Supprimer le commentaire
        sagebooker
         Éditer
        et aujourd'hui, les 4e "eh madame!! Les 5e ils vont lire dehors, pourquoi nous on n'a pas le droit ??", alors que ce n'est pas interdit, c'est juste que l'autre classe l'a proposé, et testé, et eux n'y avaient pas pensé encore ^^
        Du coup, ils ont voulu tester, mais 13 ° + vent de mer (Nord-ouest) + averses de grêles entre-temps, ça n'a pas tenu longtemps !!
          5
          Dimanche 15 Avril 2012 à 21:19   Supprimer le commentaire
          Mélimélune
          Fantastique ! J'ai le même ressenti mais je ne l'aurais pas si bien dit !
            6
            sagebooker Profil de sagebooker
            Lundi 16 Avril 2012 à 09:38   Supprimer le commentaire
            sagebooker
             Éditer
            Rhooo mais si, voyons !!

            D'ailleurs, j'aimerai bien le lire si possible, parce que cela donne des idées et de la motivation de le lire chez les autres !
              7
              choupakhi Profil de choupakhi
              Mardi 17 Avril 2012 à 19:02   Supprimer le commentaire
              Ouah c'est génial, que du positif ! Je suis contente pour toi et tes élèves ! chapeau bas ma p'tite dame!





              Premier bilan dans mon CM2 actuel :

              certains élèves sont de vrais crevards... oui je sais le mot n'est pas terrible, ni très correct mais représente bien ce que je veux dire : la bibli de classe, désormais riche de 1500 titres n'est pas assez riche pour eux, et ils dévorent. L'ensemble de la classe à mi-mars a lu plus de 500 livres.

              Le fonctionnement s'est adapté parfaitement à trois élèves HP (dont un THQI, Aspie), deux Dys, trois élèves en grande difficulté, et un élève déficient cognitif... la différenciation se fait de soi, une fois acquis les premièes leçons sur le fonctionnement et le choix des livres, et avec un accompagnement individuel cohérent les premiers mois.

              La mise en place a été plus longue qu'en Segpa, étonnament. Et l'endurance de lecture a été longue à gagner. Aux vacances d'automne, on n'était qu'à 10 minutes, en pratiquant pourtant tous les jours, avantage d'avoir une seule classe à la semaine.

              Cette classe est bavarde, il est donc difficile de conserver le silence pour l'installation, point noir pour moi, mais mes tentatives dans tous les sens n'y changent pas grand chose hélas, et ils sont ainsi dans tous les domaines.

              La plupart ont atteint The Reading Zone, certains décrochent mais ce ne sont jamais les mêmes, c'est donc lié soit à la lecture du moment qui ne les a pas passionnés, soit à des interférences (bruits au-dehors qui les a gênés, pensées intrusives car soucis persos, etc.) mais chacun sauf un, de mes 23 loulous bouquinent sans s'arrêter et a du mal à lâcher son livre quand sonne le moment d'arrêter.

              Un groupe de filles prévoit désormais chacune son bouquin et s'installe à lire à la récré. Au moins trois parents sont venus me remercier parce que "il/elle lit maintenant !". 

              On peut dire que ça fonctionne, donc.

              J'achoppe toujours sur des cas très particuliers : 
              - l'élève qui n'aime rien tant que se rendre intéressant, mais la plupart du temps, il est lui aussi plongé dans sa lecture
              - l'élève qui n'a pas de TDA a priori, mais ne tient pas en place, et ne réussit pas à lire plus de quelques minutes... et celui-là, je ne lui ai fait gagner que quelques minutes d'endurance sur l'année, alors que mon déficient en est à 15 minutes largement.

              J'achoppe encore sur le transfert : les stratégies vues sont réutilisées dans les cadres où je dirige ou créé pour (mini-leçon, Lector Lectrix, lectures suivies, etc.) mais rarement pour soi, par les élèves. Et là, je ne sais pas dans quelle direction aller.

              18 avr. 2017

              6 lectures adaptées pour les 4e-3e SEGPA

              Rapatriées de mon ancien blog, voici 6 lectures avec questions créées pour mes 3e segpa.
              Elles sont adaptées aux CM comme aux 4e segpa également.

              Dans le dossier :

              Un extrait du Petit Prince, de Saint-Exupéry
              Un extrait de En attendant Godot, de Becket (attention difficile)
              Un extrait des Misérables de Hugo ("L'alouette")
              Un extrait de Lullaby, de J.M.G. Le Clézio dans le cadre d'un dossier sur la Fugue chez les ados
              Deux textes documentaires : le forgeron et la tarte au citron
              + Une étude sur l'objet "livre"






              Quelques extraits là